Extrusions

[FR]

Calais est une terre d’immigration. Né dans cette ville, je vois depuis deux décennies les politiques de la mairie et de la préfecture intensifier crescendo la répression à l’encontre des migrants et de leurs soutiens. Depuis 2015, des kilomètres de murs dits « anti-intrusion » ont été érigés afin d’empêcher l’accès à des zones clés (autoroutes, port, gares). Ces monstres de métal blanc et de fil barbelé ont transformé la région, allant jusqu’à déclasser puis ruiner des zones naturelles protégées. J’assiste à la destruction des paysages de notre enfance, justifié par une violence et un mépris de la vie humaine qui ne dit pas son nom.

Cette série a été réalisée à partir de photographies prises dans le Calaisis. Des procédés de manipulation visuelle ont été utilisés afin de faire disparaître du paysage toute trace du mur « anti-intrusion ». Le résultat : des scènes impressionnistes de ce que serait le paysage dans une réalité alternative, qui inspirent un sentiment de malaise face à un univers corrompu. Une question se pose : laquelle des deux corruptions, politique ou digitale, réelle ou virtuelle, nous dérange le plus ?

La démarche consiste à questionner le public sur les transformations disruptives qui lui sont imposées dans le cadre de politiques antisociales , voire inhumaines, la pertinence de la présence de murs dans un environnement, et l’ambiguité qui naît du désir de faire preuve ostensiblement de fermeté, tout en tentant de rendre invisible la misère humaine.

 

Remerciements : France Foulon